Accueil Non classé Crash de la Camair en 1995 : 17 ans après, toujours pas d’indemnisations

Crash de la Camair en 1995 : 17 ans après, toujours pas d’indemnisations

4
0
454

3 décembre 1995 – 3 décembre 2012. 17 ans que le Cameroun a connu une catastrophe aérienne qui a coûté la vie à 71 de nos compatriotes.

Crash de la Camair en 1995 : 17 ans après, toujours pas d’indemnisations crash-du-boeing-737-200-de1995

Un 3 décembre noir dont se remémorent tous les ans les familles des victimes du Boeing 737-200 immatriculé Tj-cbe baptisé, « le Nyong » venant de Paris via Cotonou pour l’aéroport international de Douala. C’est le cas de la famille de feu Silo Moudissa Edel Julienne. C’est le deuil tous les 3 décembre depuis cette date fatidique du 3 décembre 1995. Cette année, les enfants de la défunte, en lieu et place des larmes, ont décidé de délier leur langue pour dire au Cameroun et au monde entier leur courroux par rapport à la gestion que le gouvernement de M. Biya fait de cette affaire.
Mbappe Bedi Louis Christian que Le Messager a reçu en fin de semaine dernière, est le fils d’une des victimes de ce mémorable crash de 1995. Il s’exprime avec difficulté. Quelques années après le décès de sa mère feu Silo Moudissa Edel Julienne dans cet accident, il a été frappé par un autre accident en 2008, un Avc entendez accident vasculaire cérébral. Une épreuve très rude pour l’orphelin qu’il est : « ça été très douloureux surtout que je ne pouvais avoir maman autour de moi, mes frères et sœurs étant loin », confie-t-il triste.  

32 milliards Fcfa

Davantage dur pour lui qui se souvient depuis le décès de sa mère, de n’avoir reçu aucun radis promis par le gouvernement. Pas un sous du montant global avoisinant l’ordre des 32 milliards Fcfa. Aujourd’hui, il peut rendre grâce à Dieu, parce qu’il est en phase de rééducation, la preuve, ses paroles sont quand même audibles maintenant. Il n’a cependant pas l’intention de se taire. Il souhaite que justice soit rendue à ces victimes du crash de 1995 parmi lesquelles figurait celle qui l’a porté dans ses entrailles. Il faut peut-être le rappeler, à l’époque des faits, Mbappe Bedi Louis Christian n’avait que 14 ans. Et sa mère avait déjà totalisé 23 ans de service à la défunte Cameroon airlines comme hôtesse. Suffisant selon lui, pour que l’Etat se souvienne des orphelins qu’elle a laissés.

Le combat du jeune homme aujourd’hui, c’est de retrouver toutes les 71 familles des victimes qui avaient péri dans ce crash. L’objectif étant de former une coalition qui devra demander à l’Etat des comptes, précisément les causes de ce crash, les résultats de la commission d’enquête mise sur pied après le drame et l’effectivité des mesures prises pour l’indemnisation des familles des victimes. Le jeune homme se souvient avoir retenu lors des multiples sorties du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, à propos des productions épistolaires de l’ex-ministre de l’Administration territoriale Marafa Hamidou Yaya aujourd’hui en détention, que, « 172 millions Fcfa avaient été versés aux avocats dans le cadre de cette affaire ». Et l’orphelin de se demander, « quel était la nécessité de verser cet argent aux avocats alors qu’il n’y avait pas conflit d’intérêt » ? Et les 32 milliards destinés à l’indemnisation des victimes, où sont-ils passés ?

marguerite-welissane-nyambe

*Marguerite Welissane Nyambé, seule survivante

Focal

Stèle « militaire » des victimes
Dans ses multiples réflexions de son lit d’hôpital, Mbappe Bedi Louis Christian avait de concert avec la seule rescapée de ce crash survenu en 1995, Marguerite Welissane Ebosse, collègue de sa défunte mère, pensé à ériger une stèle en l’honneur des victimes. Et le lieu retenu pour ce monument était le Rond point Youpwé non loin du lieu où le Boeing 737-200 s’était engouffré dans la mangrove de ce quartier marécageux de la capitale économique situé à 2 kilomètres de l’aéroport international de Douala. La requête est alors introduite chez le gouverneur de la région du Littoral de l’époque, Faï Yengo Francis.

Des années plus tard, pas de réponse officielle. Même pas officieuse. «Nous sommes calmes et sereins, nous disant que le dossier fait l’objet d’études minutieuses de la part des autorités de la ville». Que non ! Un matin, « nous apprenons qu’à l’endroit sollicité, un monument de l’armée militaire est en train d’être érigé ». Un second choc dans les cœurs. Parce qu’en plus des indemnisations qui tardent à venir plus de 10 ans après ce tragique accident, même un petit espace de la terre où ont été précipitamment enfouis leurs restes, leur est refusé. En ce douloureux 17ème anniversaire, ils souhaitent que le gouvernement soit plus sensible à leurs doléances au lieu de verser dans la diversion comme c’est le cas depuis quelques temps.

A.T.

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Ady
Charger d'autres écrits dans Non classé

4 Commentaires

  1. Russell Avelar

    1 septembre 2020 à 0 h 38 min

    I don?t even understand how I ended up right here, however I believed this submit was good. I don’t know who you are however certainly you’re going to a famous blogger in case you aren’t already ;) Cheers!

    https://about.me/susan.dalton

  2. Mason Ouren

    21 août 2020 à 14 h 40 min

    Thanks for the new things you have uncovered in your short article. One thing I’d like to discuss is that FSBO associations are built as time passes. By launching yourself to owners the first saturday their FSBO is announced, prior to a masses start calling on Wednesday, you produce a good interconnection. By mailing them methods, educational resources, free reviews, and forms, you become an ally. By taking a personal desire for them and their circumstance, you develop a solid connection that, in many cases, pays off in the event the owners decide to go with a realtor they know and trust — preferably you actually.

    https://feministe.us/blog/?p=10327

  3. Leigh Ranah

    21 août 2020 à 14 h 32 min

    Great work! That is the type of info that are supposed to be shared around the web. Disgrace on Google for not positioning this post upper! Come on over and consult with my website . Thanks =)

    http://artmore.over-blog.com/article-roa-video-in-bubble-days-festival-austria-118420046.html

  4. Cristine Spisak

    10 août 2020 à 15 h 27 min

    Do you mind if I quote a couple of your articles as long as I provide credit and sources back to your weblog? My blog site is in the exact same niche as yours and my visitors would certainly benefit from a lot of the information you present here. Please let me know if this ok with you. Thank you!

    https://about.me/colin.bell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Journée internationale de la liberté de la presse: célébration sous fond de revendications au Cameroun

  A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la liberté de presse…