Accueil Non classé Sally Nyolo : «Le mvet est le véhicule de mon nouvel album»

Sally Nyolo : «Le mvet est le véhicule de mon nouvel album»

5
0
546

La chanteuse camerounaise était au Cameroun le 4 décembre 2014. Elle prêtait son image au concept, «Kilimandjaro top manager», le forum des patrons responsables. Dans ses bagages, la mère de «Tribu» a ramené, son 7ème album ; «Tiger run» sortie en fin 2014. Naturellement, il n’est pas encore disponible au Cameroun. Dans cet entretien qu’elle a bien voulu nous accorder, elle revient sur la rareté de ses albums au Cameroun, sa rencontre avec le mvet et son engagement en faveur de la protection de l’environnement au Cameroun et en Afrique.

Sally Nyolo

Vous venez de mettre sur le marché, un nouvel album. Est-ce qu’il sera (enfin) disponible au Cameroun ?

Nous sommes en train de travailler pour qu’on ait une distribution sur laquelle on peut compter internationalement. Ce sera certes pour moi mais aussi pour les autres artistes. Je l’ai essayé à l’occasion de l’album : «studio Cameroun» que j’ai produit avec des artistes locaux. A l’époque, j’avais rencontré un employé de la Socam (Société camerounaise de l’art musical Ndlr) à qui j’ai remis des Cd parce qu’on me disait qu’il devait tenir des Showroom. Et je voulais être la première à en profiter et donner la possibilité aux artistes que j’avais produits, d’être reconnus localement. Je crois que faire en Afrique est une carte qui vend et nous devons l’exploiter. Pour revenir à moi, c’est depuis le 3ème album «Béti» que mes albums ne se vendent pas au Cameroun. J’en suis au 7ème et je continue de me battre pour que la distribution soit bien faite au Cameroun. J’espère avec cette 7ème production musicale baptisée «Tiger run» que je pourrais rencontrer des autorités compétentes pour le faire. J’ai encore rendez-vous avec la ministre des Arts et de la culture. Je croise les doigts. Ma maison de disque travaille mais elle m’a laissé mon territoire pour que je  trouve des réponses aux questions que tous les artistes du camerounais se posent. Que faire pour avoir une bonne machine de distribution ? La vie d’un album est courte et l’artiste a besoin de produire.

Pourquoi le titre de ce 7ème album est en Anglais ?

(Rires !) Vous savez que je suis une ambassadrice des langues. On est francophones, anglophones et 400 autres langues, pour rester modeste. J’aurai pu l’appeler autrement mais je suis partie d’une chanson que j’ai faite à base du mvet. J’ai appris le mvet par moi-même et il a évolué dans mes mains. Avec la complicité d’un ami, on l’a transformé pour qu’il sonne comme tous les autres instruments du monde. Je chante et je ne pose pas de questions. Le titre «Les faiseurs de pluie par tous les temps», est né en Eton mais j’ai rencontré un grand magicien des mots, Boris Berman qui a écrit pour de grandes stars françaises et qui a gagné quatre fois l’Eurovision. Il a plus de 70 ans. Il est venu à ma rencontre un jour et m’a proposé de travailler avec lui. Je lui ai envoyé cette chanson. Et comme la musique est magique, les textes en langue Eton et en français racontent la même histoire. Les esprits sont dans toutes les langues. Je suis une chanteuse qui est fière des sonorités à travers les langues.

S N

Parlant de sonorités, quels sont les rythmes que vous avez expérimenté dans ce nouvel album ?

Je me suis plongée dans l’instrument mvet. Ça été mon véhicule. Et c’est Sally qui continue de rechercher sa source et qui est fière de faire des ponts. En allant dans la racine, je trouve une passerelle vers les autres mondes qui peut amener les autres en s’intéresser à nous. «Tiger run», c’est l’âme du mvet qui est véhiculée. J’ai été rencontrée un autre instrument qui se trouve en Asie du Sud-Est,  le Rédac, qui se joue avec les tablas. Le nvet et le Rédac se sont côtoyé dans un des titres, qui avant la sortie de l’album a été nominé au soundwriting competion 2013. Jusqu’à quel point nous nous connaissons au point d’aller à la rencontre des autres ? Je suis toujours à cette quête. Dans nos cultures, le mvet allait vers des gens et était le gardien de cette mémoire collective.

Quelles sont les histoires que vous racontez dans cette nouvelle trouvaille?

Il y a des chansons où je ris de moi-même, où je dis que Dieu est un ami, Celui qu’on voit dans toutes les situations avec ou sans cadeaux. J’y raconte aussi ma transformation notamment dans le titre, «tiger run». La métamorphose de quelqu’un qui veut aller plus loin. Mais aussi celle de la société qui change très vite, un monde holywood où tout le monde est bien formaté. Je parle d’ivresse en jouant avec les mots. Le titre Kilimandjaro me tient à cœur. Je parle de la protection de notre environnement qui est considéré ailleurs comme le poumon du monde. Il faut en prendre conscience et le protéger avec soins. La chanson est née de ma rencontre avec Thierry Tene qui parlait de la responsabilité sociétale des entreprises, à la télévision. Au delà de la chanson, je voudrais être porte-parole de cette cause là. Je chante aussi la paix au Cameroun. Toujours avec mon mvet.

Qu’est-ce qui peut justifier cet attachement au mvet ?

(Rires !) En plus, ce n’est pas le seul instrument que je joue. Je joue de tous les instruments. C’est l’esprit du mvet que je véhicule. Vous devez tendre l’oreille pour entendre le mvet dans cet album. Je joue de tous les instruments et mon challenge aujourd’hui, c’est de faire sonner des choses qui ne sont pas considérés comme des instruments. L’autre jour, j’ai fait un duo avec la tempête. Ça a donné une belle chanson qui est encore en construction. Vous aurez l’occasion de l’écouter.

A quand le retour sur scène au Cameroun ?

On attend que les choses soient bien mises en place. J’ai hâte de renouer le contact avec mes fans parce que c’est moi que ça désespère le plus. A chaque fois que je viens vous voir, vous me posez la même question et je vous dis toujours que j’y travaille. Je veux juste que faire les choses dans de bonnes dimensions comme vous le savez.

Propos recueillis par Adeline TCHOUAKAK

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Ady
Charger d'autres écrits dans Non classé

5 Commentaires

  1. Tatum Ucha

    1 août 2019 à 18 h 52 min

    We’re a gaggle of volunteers and opening a new scheme in our community. Your website provided us with valuable information to work on. You’ve done an impressive activity and our whole group might be grateful to you.

    https://loopvideos.com/9dWo8w-blms

  2. travel coffee maker

    21 mars 2019 à 3 h 37 min

    It is in point of fact a nice and useful piece of info. I am satisfied that you just shared this helpful information with us. Please keep us up to date like this. Thank you for sharing.

    http://www.electricpercolatorcoffeepot.com/travel-coffee-makers/

  3. battery operated coffee maker

    3 février 2019 à 2 h 22 min

    Dead written subject material, Really enjoyed examining.

    https://www.electricpercolatorcoffeepot.com/10-top-coffee-bloggers

  4. sdorttuii plmnr

    21 décembre 2015 à 23 h 54 min

    When I originally commented I clicked the -Notify me when new comments are added- checkbox and now each time a comment is added I get four emails with the same comment. Is there any way you can remove me from that service? Thanks!

    http://www.sdorttuiiplmnr.com/

  5. Ivan

    15 décembre 2014 à 15 h 36 min

    J’ai hâte de découvrir ce que Sally Nyolo a réservé à ses fans cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Consulter aussi

Journaliste et blogueur : Une équation difficile au Cameroun

A chacun son blog C’est une tendance qui s’installe progressivement dans la presse au Came…